Le Commentaire De Texte Argumentatif

Gestion de bons chapitres Deni de formation d'aides

La structure kseromorfnaya — un des signes à la sélection des sortes supportantes la sécheresse. Près des gramens et d'autres plantes l'importante signification a la présence quoi que le fourreau de plus vieux séchant et des feuilles entourant la raison de la tige pokryva -

— les plantes résistantes à la chaleur, qu'il est bon »ÑÓÑ¡«ßnÔ la sécheresse. À ce groupe se rapportent telles plantes de steppe, comme la véronique bleu, l'aster poilu, bleu clair, la pastèque, le piquant de chameau etc. Chez eux insignifiant, la pression osmotique, le cytoplasme se distingue haut et la viscosité, le système radical est beaucoup ramifié, et ¡án sa masse est installée dans la couche supérieure du sol (50—60 cm). Ces xérophytes sont capables d'enlever les feuilles et même les branches entières.

L'aspersion des plantes dans les conditions de la sécheresse par l'auxine, tsitoki-ninom ou intensifie l'action négative du déficit d'eau sur la plante. Le traitement à »ÑÓ¿«ñ les réparations après la sécheresse restaure les fonctions des plantes.

Les plantes des domaines arides s'appellent les xérophytes (de grec rs — sec). Ils étions capables dans procès développement adapter vers la sécheresse atmosphérique et du sol. Les signes caractéristiques des xérophytes — les montants insignifiants de leur surface vaporisant, ainsi que de petits montants de la partie au-dessus du sol en comparaison de souterrain. Les xérophytes sont d'habitude les herbes ou les buissons de petite taille. Les divisent en quelques types. Nous amenons la classification des xérophytes devant P.A.Genkelju.

Sur les champs arrosés cultivent les plantes hygrophiles avec une grande surface en feuilles, qui demandent plus d'humidité et dans les conditions de la sécheresse à la violation de l'approvisionnement en eau réduisent la récolte plus fortement en comparaison des plantes sur. Il est particulièrement important d'assurer les plantes par l'eau aux périodes critiques. ­ et les gramens d'hiver sont plus sensibles au manque de l'humidité des phases de la sortie au tube et l'épiage; le maïs — à la période µóÑÔÑ¡¿n et la maturité laitière; le mil et le sorgho — aux phases et les grains; céréale et légumineux — pendant la floraison; les pommes de terre — les floraisons et les formations des tubercules; le tournesol — et les floraisons; le cotonnier — à la phase de la floraison et des boîtes; — pendant la floraison et.

Ainsi que la viscosité du cytoplasme. Près des plantes supportantes la sécheresse ces paramètres seront plus hauts. Dans le travail de sélection utilisent un tel paramètre, comme le contenu de l'amidon à ó«. Génétiquement le signe conditionné des plantes est la capacité de leurs organismes végétatifs (particulièrement accumuler pendant la sécheresse. De plus la concentration augmente à 10—100 fois. À fait provision la quantité considérable d'azote, qui pour les réactions ultérieures métaboliques selon les sécheresses.

I. V.Mitchourin, en tentant de recevoir les sortes supportantes la sécheresse, élevait les plantes dans les conditions d'insuffisant ó«ñ«ß¡áíªÑ¡¿n. Les plantes qui ont transféré une petite sécheresse la subissent de nouveau avec de plus petites pertes, deviennent plus ÒßÔ«®þ¿óÙ¿ vers la déshydratation.

Au développement de la sécheresse, en activant la synthèse, au stockage l'eau dans le carreau, freine la synthèse et les albumines, en s'accumulant dans les racines, retient la synthèse tsitokini-ème, contribue à la traduction du métabolisme des carreaux au régime du repos. Dans les conditions du déficit d'eau s'enregistrent l'augmentation

La résistance à la sécheresse est définie par la capacité de l'organisme végétal le moins possible à changer les procès de l'échange dans les conditions de l'approvisionnement en eau insuffisant. Chez plus des plantes à la déshydratation s'accroissant se gardent plus longtemps les procès synthétiques, ne se cassent pas ou se cassent moins les systèmes membranaires des carreaux, «íÑß»Ñþ¿ó leur homéostasie normale, se gardent les propriétés normales fiziko-chimiques du protoplasme (la viscosité, l'élasticité, la perméabilité); est exprimé plus.